Personnages célèbres

Voici quelques éléments relatifs à l' histoire de Condé sur Vire
avec les personnages célèbres,

------------------------------

Les personnages célèbres ayant vécu à Condé sur Vire :

- Jean de Brébeuf

jeandebrebeufJean de Brébeuf est né le 25 mars 1593 au village de "la boissée" à Condé sur Vire.

- A L' âge de 24 ans, il entra au Noviciat des Jésuites à Rouen. Il y fit ses études en théologie puis après quatre années d'enseignement, il reçu le sacerdoce, ce qui fit de lui un véritable Jésuite.
- Il est ordonné prêtre à Pontoise en 1622.
- Le 26 avril 1625, il part de Dieppe pour la nouvelle France avec de grands espoirs de mission et d'évangélisation.
- de 1626 à 1629: Il réalise un premier séjour en Huronie.
- de 1629 à 1632: il rentre vivre à Rouen et à Eu
- le 26 mars 1634: il repart pour un second voyage au Québec.
- le 7 juillet 1634: Il retourne pour un 2ième séjour en Huronie.
- de 1640 à 1641: Il effectue une mission chez les "neutres" et rentre à Québec.
- le 7 septembre 1644: il repart pour un 3ième séjour en Huronie.
- le 16 mars 1649 il fut tué par les Iriquois

- Il fut canonisé par le pape Pie XI le 29 juin 1930
- le 16 octobre 1940: Jean de Brébeuf et se compagnos martyrs sont proclamès "Saints patrons du Canada" par le pape Pie XII

- Auguste GRANDIN

grandin1Auguste GRANDIN Auguste GRANDIN est né le 13 mars 1907 à Lengronne (Manche et décédé le 29 avril 1985 à Condé sur Vire où il repose.

- Après son service national, il s'installe agriculteur en 1932 avec son épouse, à Condé sur Vire au lieu dit "la Sinelière".

Il entre au conseil municipal en 1936 et est élu maire de Condé sur Vire le 19 mai 1945 à l'issue de la seconde guerre mondiale. Il assurera cette fonction pendant 32 ans soit jusqu'en 1977.
Le 27 décembre 1945, avec 17 agriculteurs répartis sur quatre cantons, il fonde la Coopérative Elle et Vire.
- En 1947, il construit les premiers bâtiments de la beurrerie, qu'il ne cessera d'agrandir. EIl sera le premier promoteur des GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun) dans la Manche.
- Tout au long de ses mandats, il s'emploie à améliorer le bien être de ses administrés, construire des bâtiments communaux, des logements type H.L.M.
- En 1954, il crée avec la coopérative de Quettreville sur Sienne, l'Union des Beurreries de la Manche.

- Il dynamise la Commune, en construisant des équipements municipaux, tels que la Mairie, inaugurée le 11 juillet 1954, la salle des fêtes et de cinéma, le bureau de poste en 1952, le groupe scolaire en 1954.
- En 1958, il crée le premier lotissement d'accession à la propriété rue des Bas Camps, rue Saint-Jean de Brébeuf et rue des Ecoles.
- Il siège de 1956 à 1958, en tant que député à l'Assemblée Nationale où il prend part à l'élaboration de la loi LABORDE.
- En 1962, il crée l'Union Laitière Normande et prend la présidence de la Coopérative d'Utilisation de Matériel Agricole (CUMA).
- De 1964 à 1974 il est Président de la Chambre d'Agriculture de la Manche.

 

 Condé sur Vire dans la résistance :

Comme beaucoup de villes et villages français, Condé-sur-Vire a subi les dommages de la deuxième guerre mondiale: Occupation, privations et bombardements. Dans cette période troublée la résistance s'organisait. Des habitants servaient de « facteurs » entre les différents groupes.

Deux condéens eurent une activité clandestine importante :

- Alfred DUROS

alfredduros

 

Alfred DUROS fut arrêté par la Gestapo le 7 mai 1943 à la suite de la dénonciation, sous la torture, de son chef départemental, lui-même arrêté.

Selon l'accusation retenue contre lui par le procureur du Reich, il était le chef du groupe n°7 du « Front National » (rattaché au parti communiste) pour la région de Condé-sur-Vire/Torigni-sur-Vire, l'organisateur des réunions clandestines de Saint-Lô et de Coutances.

Il était accusé aussi d'être l'auteur d'un tract patriotique appelant les Français à la résistance à l'envahisseur et les incitant à rejoindre les rangs du « Front National ».

Alfred DUROS fut condamné à un an de prison et déporté en Allemagne, au camp de Gross-Rosen où il avait le matricule 75690. De là, il fut transféré au kommando de Kamenz, puis au camp de Dachau sous le matricule 146 155, où il mourut de maladie le 30 avril 1945.

 

 

- Raymond BRULE

Raymond BRULE fut amené à assumer des responsabilités de plus en plus grandes : de 1941 à 1943, il s'occupe de ravitailler et d'abriter des résistants ; il participe à des coups de mains et à des opérations de parachutage d'armes ; il organise avec son ami DUROS les sections de Saint-Lô et Coutances du « Front National » ; il assure la liaison avec d'autres mouvements, en particulier « Résistance-Fer », « Libération-Nord » et l' « OCM ».

Le 11 mai 1943 eut lieu son arrestation. M. BRULE fut détenu jusqu'au mois d'octobre, à la prison de Saint-Lô. La cour martiale allemande devait l'acquitter le 4 septembre, n'ayant pu réfuter sa défense habile et courageuse. Mais la Gestapo ne le relâcha pas et au début d'octobre, il était, avec sept ou huit camarades, acheminé vers la prison de Fresnes et, de là, sur l'Allemagne, d'abord au camp de Natzweiler, puis à Kochem en mai 1944.

Avec l'avance alliée de l'été 1944, les Allemands devaient éloigner les détenus vers l'Europe centrale : à la prison de Breislau où M.BRULE retrouvait Alfred DUROS (page du registre prison de Breslau), au camp de Langenbilan et enfin au camp de Gross-Rosen où il devait mourir le 17 novembre 1944.


Lors des manifestations patriotiques du 8 mai et du 11 novembre, la municipalité rend hommage à ces deux résistants.